Poétic Lover

Publié le par Pénélope l'Arverne

Je me suis aperçue que, depuis le compte-rendu de ma première leçon d’équitation, on n’a plus vraiment causé poney. Et je me suis dit que vous risquiez de croire que j’avais baissé les bras, abandonné, capitulé devant la fourbe Betty. Que nenni.

*

*    *

Résumé des épisodes que j’ai passés sous silence.


Au second cours, j’ai retrouvé Betty. Qui s’est empressée de me tourner le dos et de ruer pour m’empêcher d’installer sa selle et le reste de la panoplie. Le rodéo, ça me tentait moyen, donc j’ai laissé faire les spécialistes (traduction: j’ai appelé la prof en glapissant). Je passe sur la suite du cours: on a rejoué le même numéro qu’à la première séance, en pire.

 Une classique leçon d'équitation en compagnie de la charmante Betty

 

A la fin de  la leçon, cependant, j’ai lamentablement chouiné dignement porté à la monitrice une légitime revendication: changer de cheval la semaine suivante.

Et j’ai passé six jours à trembler. Eh oui, j’étais persuadée qu’on m’avait oubliée, que j’allais encore retrouver Betty, et que cette fois elle m’éjecterait de la selle, me piétinerait, et me dévorerait les talons. Je ne vous raconte pas comme j’ai bien dormi cette semaine-là. Monsieur T. a dû planquer le téléphone, rapport au fait que j’essayais sans arrêt d’appeler le poney-club pour leur rappeler que je voulais un autre cheval-bon sang-n’oubliez pas-je vous en supplie.

Bref, séance number three, j’arrive au poney-club, et que ne vois-je pas de mes yeux ébahis? Inscrit sur le tableau en face de mon nom, celui de ma monture: POETIC.
Poétic: 
- avec un «c», oui je sais, l’orthographe n’est pas top, mais en même temps je n’allais pas faire ma bêcheuse, hein;  

- plus grand que Betty - qui a la taille au garrot d’un éléphant, je vous le rappelle;
- plus sombre que Betty - or c’est primaire (pas celle du PS) chez moi, un cheval sombre me fait plus peur qu’un cheval blanc. Ben oui, Crin-Blanc est clair, et il est gentil; Tornado est sombre, et il va vite et se cabre à tout bout de champ (et il a un nom d’aspirateur, mais là je crois que je m’écarte du sujet). Et puis que voulez-vous très chèèèère, le clair me va mieux au teint. Mais là encore, je n’allais pas chipoter;
- mais pour compenser tout ça, une gentillesse, une douceur dans le regard... le grand amour, quoi.

Poétic, mon nouvel ami.

 

Je passe sur le détail du cours, tant il est vrai que le bonheur, c’est parfois un peu ennuyeux. Marcher, tourner, s’arrêter, trotter, Poétic a fait tout ça, et avec le sourire s’il vous plaît (et évidemment, il a une dentition parfaite). On a fait la course, et notre équipe a gagné. On allait sans arrêt faire des câlins aux autres chevaux pour leur montrer combien on était choupi. Les gens nous lançaient des confettis, des fleurs s’épanouissaient sous nos sabots, les oiseaux gazouillaient au-dessus de nos têtes.

Poétic et moi, on a fait une chouette ballade

 

 

Je suis rentrée à la maison avec des étoiles plein les yeux.
Oui mais voilà, un bonheur pareil, ça ne pouvait pas durer.


Séance number four (aka le jour où tout a basculé): Lorsque je suis revenue au club la semaine dernière, quelque chose avait changé. On m’a dit «Poétic est nerveux, il a mordu un cavalier hier.» Quelqu’un d’autre m’a avertie: «Poétic a donné des coups de sabots à d’autres chevaux, cette semaine.»

Oh mon dieu, il avait muté.

Et là, tout est devenu clair: je suis aux chevaux ce que le prion est à la vache; je les rends fous, tendance sociopathes.

Betty n’était déjà pas aimable, et elle est devenue carrément hargneuse après m’avoir rencontrée. Poétic était un ange, et le voilà transformé en Hannibal Lecter du centre équestre. CQFD.

Poétic après sa mutation


J’ai gardé ces conclusions pour moi, mais j’attends avec angoisse le moment où des types en blanc viendront chercher Poétic et m’embarqueront avec en me disant «Faut pas rester ici, mademoiselle, vous traumatisez nos chevaux.»


Brrrrr.

Publié dans Elle raconte...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cécile brode 17/10/2011 10:07


Mais non mais non, ça arrive aussi aux chevaux de péter un plomb... Allez courage !!!


chouppi 12/10/2011 22:00


trop bon ton message , lollll
quand je suis allée en vacances au quebec, j'ai voulu aller faire équitation avec les enfants de ma copine qui me logeait , bein te racconte pas mon état en descendant du cheval après une heure de
balade lollll ( ptet pas un bon plan non plus de monter à cheval à 10 h le matin en ayant passer la nuit en boite dancing mdrrr ) mais je me suis beaucoup amusée , très chouette , le cheval sympa ,
le moniteur super mignon et très sympa ( zut trop jeune ) lollllllllll
aller ma belle ne te décourage pas, tous les cheveaux ont leur caractère, j'avais un cheval de trait, un étalon en plus, super gentil , super à l'acoute, mais il adorait faire de grosse bêtises
aussi ( comme d'aller brouter le potager ) mdrrrrrrrrrr
bisoux
chouppi


chantal56 12/10/2011 21:45


pas de chance en effet !! bon courage pour la suite , que j'ai hâte de lire !^^


Mimi 12/10/2011 18:45


Quel joli résumé de tes aventures équestres. Je trouve les chevaux magnifiques, j'ai fait un peu d'équitation il y a fort longtemps et cela se passait bien, sauf mon dos qui n'aimait pas
vraiment.
Les poneys n'ont pas très bon caractère. Lorsque ma fille était petite, elle adorait faire des promenades à poney et je me souviens d'un poney qui ne cherchait qu'à me mordre la fesse, j'ai fait
tout le circuit en marchant de côté de façon à soustraire ma fesse à ses dents !
Bon courage pour la suite de tes leçons.
Bises du sud.


sophie 12/10/2011 13:39


Mais loooool !!! T'as pas le fluide, on dirait ! Je n'ai rien à dire, étant jeune j'avais créer avec une copine le gang "des filles qui n'aiment pas les filles qui aiment les chevaux" ;D ! Mais
faut pas croire, j'ai fait un peu d'équitation, enfin pour de mauvaises raisons, j'étais trop amoureuse du frère du moniteur (qui ne m'a jamais regardé of course...)
Bizzzz